Salon des métiers de l’humanitaire du grand Genève : Bilan 13/10/2018

Cette 6ème édition des métiers de l’humanitaire s’est déroulée sur trois jours à Annemasse. Le 11 et le 12, deux journées étaient réservées aux professionnels (ONG, Instituts de formation…).

Retour d'exprériences du SCD 

- Le SCD était présent le samedi 13, qui permettait de faire découvrir au grand public de nombreux acteurs de la solidarité internationale. Environ 70 exposants étaient présents  à l’espace Louis Simon de Gaillard.

En plus des différents stands, différentes activités étaient proposées :

  • Conférences autour de la solidarité internationale et du bénévolat
  • Ateliers découvertes « Zoom métiers » ou aide à la préparation de candidatures
  • Espaces consacrés aux entretiens avec l’Institut Bioforce et avec l’Agence des Micro-Projets (AMP) ainsi qu’aux offres d’emplois et de bénévolats.

Le stand du SCD au Salon des métiers de l’humanitaire du grand Genève

- Nous avions préparé photos et kakemono afin d’avoir un stand plus accrocheur, des affiches expliquant le parcours du volontaire ainsi que de nombreuses fiches d’informations sur le SCD à distribuer.

D’après nos estimations respectives, nous avons globalement échangés avec une centaine de visiteurs venus à note stand se renseigner sur le SCD. Il y a eu du monde toute la journée, sans discontinuer.   

La cinquantaine de feuille imprimée a été distribuée dans sa totalité. Les personnes renseignées sont apparues d’abord curieuses puis enthousiastes vis-à-vis des échanges,  la plupart d’ailleurs prête à soumettre leur candidature, que ce soit pour le SVI ou pour le VSI.

D’après une autre estimation (plus approximative), environ 30% des visiteurs connaissaient le SCD. D’autres en avaient entendu parler sans connaitre nos programmes ni domaines d’actions.

Environ 50%  des personnes étaient des jeunes (ou moins jeunes) professionnels, qualifiés, souhaitant mettre leur compétences au service d’une mission de développement ou en totale désir de reconversion dans le domaine de la solidarité internationale.

L’autre moitié était plutôt constituée de jeunes diplômés avec peu d’expériences. Il y avait également plusieurs lycéens.  

En règle général, le public était ciblé puisque très bien renseigné sur les métiers de l’humanitaire.

Conférence « Je construis mon parcours dans la solidarité internationale »

Tout au long de la journée, la communication concernant les activités parallèle a été très bien menée par le Salon et celles-ci ont remportés beaucoup de succès.  Ainsi, la participation de Sergio à la Conférence de 14h fut incontestablement un avantage pour la visibilité du SCD : plus de 200 personnes ont assistés à la Conférence (la plupart prenant des notes), et beaucoup sont venus au stand ensuite. 

Conclusion

Ce salon est à la fois une belle opportunité de faire connaître le SCD, et en même temps d’intéresser d’éventuels volontaires et services civiques. Je pense que notre présence est nécessaire au vu du nombre très important de gens ayant visité le salon sur une seule journée. Cela reste également une opportunité d’échanger avec nos partenaires